samedi 4 février 2012

Les lièvres bouquinent

La saison des amours a déjà commencé

Chez les lièvres, ça manque de filles...
Source http://www.chassimages.com/forum/index.php?topic=40939.0 Manuel 77


C'est parti ! Même dans la neige, les lièvres mâles parcourent les campagnes à la recherche de femelles, qui sont moins nombreuses qu’eux. Lorsqu’ils en trouvent une, ils sont plusieurs à la poursuivre de leurs ardeurs : le harcèlement peut durer plus d’une journée ! Les mâles se livrent alors des combats de boxe, dressés à la verticale les uns contre les autres : ils bouquinent. Contrairement à ce que l’on a longtemps cru, le bouquinage n’est pas forcément l’apanage des mâles (on ne peut pas distinguer les deux sexes sur le terrain). Les femelles se battraient également pour se défendre quand elles ne sont pas consentantes, si besoin à coups de dents. L’accouplement est rude. La femelle est giflée, mordue dans le dos, et certains biologistes pensent que cela provoque une forme d’hypnose. Sympas, ces petites bêtes...

D'où vient ce mot "bouquiner" ?

Après la bataille
www.marcgiraud-nature.net

Le lièvre mâle s'appelle bouquin, ce qui veut dire « petit bouc ». C’est une allusion aux touffes de poils arrachés que l’on trouve, sur le terrain, après les violences amoureuses des lièvres. Aucun rapport avec les livres et la lecture...

10 commentaires:

  1. Quel bonheur votre blog monsieur Giraud,
    on en apprend tous les jours des vertes et des biens mûres
    sur la nature !

    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christophe ! ça tombe bien, c'est mon but :-)

      Supprimer
  2. Bonjour,
    je reconnais bien là un de vos "animaux du printemps"!

    Rien à voir avec les lièvres mais j'ai écouté votre interview sur wat.tv qui datent me semble-t-il de 2008. Vous-y faites allusion à la biologie moléculaire qui est une "science froide". Je me permet donc de vous communiquer ce lien vers une video qui vous la rendra peut-être un peu plus chaleureuse.
    http://www.youtube.com/watch?v=wJyUtbn0O5Y

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Georges,
      évidemment cette vidéo est une œuvre d'artiste, elle nous fait visualiser des mondes fantastiques et c'est merveilleux !
      Je ne me rappelle pas l'interview dont vous me parlez, mais elle a probablement un rapport avec Darwin et l'évolution, et devrait dater de 2009. Ce que je déplorais, c'est certainement cette nouvelle mode de ne plus regarder l'univers qu'à travers des microscopes. Certains ornithologues du Muséum dont je tairai le nom ne peuvent plus distinguer des chants d'oiseaux pourtant communs, et ne savent les identifier qu'en leur séquençant le génome. C'est ça que je trouve froid : la disparition du contact avec la nature. Mais loin de moi l'idée de critiquer la science et le plaisir de la connaissance...

      Supprimer
    2. Bonjour Marc,
      n'ayez crainte, j'avais bien compris. Ce serait tout de même un comble que je vous prenne pour quelqu'un d'hostile à la science! Je me suis juste servis de ce prétexte pour vous montrer ce film.
      Pour être sincère je partage complétement votre point de vue. Actuellement étudiant en science de la vie non loin du muséum, je suis bien content d'avoir aussi une approche naturaliste. En effet, je me sentirais un peu honteux si une fois mon diplôme en poche je ne savais pas faire la différence entre un geai des chênes et un Robert le diable...

      Supprimer
  3. Tiens tiens, près du muséum... Et il y a des geais au jardin des plantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu plus et je vous comprenais au premier degré... Mais ouf: j'en ai croisé un là-bas l'autre jour. Le volatile m'ayant laissé le temps de lui tirer le portrait vous pouvez faire un saut sur mon site pour le voir. :)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Vous êtes un peu vache... Promis, la photo a bien était prise au jardin des plantes.

      Supprimer
  5. Oh non, pas un peu vache. TRES vache ;-)

    RépondreSupprimer